PSPP recrutera Émilise Lessard-Therrien

Il n’y a aucun doute dans mon esprit que le chef du Parti Québécois, Paul St-Pierre-Plamondon (PSPP) va recruter Émilise Lessard-Therrien, qui a annoncé hier sa démission du poste de co-porte-parole de Québec Solidaire.

Ça ne se fera pas dans l’immédiat, la dame a fait comprendre sur Facebook qu’elle est épuisée et qu’elle a besoin de repos.

PSPP lui laissera le temps de se reposer, mais la contactera bien avant la fin de son repos, afin de ne pas perdre le momentum,

La démission de madame Émilise Lessard-Therrien n’a rien de surprenant quand on sait la place qu’occupe Gabriel Nadeau-Dubois au sein de Québec Solidaire, et qu’il veut toute la place.

La petite graine de dictateur communiste, pour ne pas dire la petite tête de graine, veut tout avoir la place et veut tout contrôler.

Mais il y a pire pour Québec Solidaire qui vient de perdre sa sympathique co-porte-parole, le parti ne monte pas dans les sondages.

Déjà, aux élections de 2022, le parti avait récolté moins de votes, et seulement que 15,43% de l’électorat.  La dictature communiste de Nadeau-Dubois passe moins dans l’électorat québécois.

Bien que le dernier coup de sonde soit à 30 mois des élections, les solidaristes ne récolent plus que 13% de l’électorat, en termes de sièges cela veut dire d’en perdre probablement deux ou trois, soit presque 30% de leurs 11 sièges gagnés en 2022.

Le communisme à la sauce Nadeau-Dubois ne passe plus. Les solidaires devront rapidement s’ajuster s’ils veulent maintenir leurs 11 sièges acquis.

Ce n’est pas en poussant Émilise Lessard-Therrien vers la porte que leur situation va s’arranger.

PSPP, en lutte directe avec les solidaires, voudra recruter cette belle prise de l’Abitibi qu’est madame Lessard-Therrien. Et elle acceptera car ses fonctions au PQ ne seront pas aussi prenantes que d’être co-porte-parole derrière Gabriel Nadeau-Dubois.

Mais, attention aussi aux péquistes, bien que le parti bénéficie d’une avance de 10% dans les sondages sur le PLQ, rien n’est acquis à 30 mois des élections, d’autant plus que le PLQ n’a pas encore choisi son chef.  Aussi, plus que PSPP parle sur la place publique, plus il se cale.  De plus, la probabilité que son parti tienne un référendum, une fois au pouvoir, ne plaît pas à plus de 60% des gens. Cela a même joué dans la balance pour l’établissement de l’usine d’Honda en Ontario.

Les sondages commenceront à être plus sérieux au début de l’été 2025 alors que le nouveau chef du PLQ sera en poste et il y a fort à parier que dès lors, le PQ ne sera plus en tête et fort à parier que Québec Solidaire récoltera moins d’appuis que le Parti Conservateur d’Éric Duhaime.

La députée Ruba Ghazal voudrait être co-porte-parole de Québec Solidaire, mais, ça ne plait pas au clan Nadeau-Dubois.  Schisme à l’horizon chez les solidaires ? Iront-ils jusqu’à montrer la porte à Gabriel Nadeau-Dubois ? Nadeau-Dubois laissera-t-il sa place ?  Assoifé de pouvoir comme il est, peut-être qu’il va se tempérer, quittera Québec Solidaire, pour annoncer sa candidature à la chefferie du PLQ pour le printemps 2025.

Les bonzes des rouges en ont assez de l’opposition, un peu comme les républicains sous Barack Obama, et ils ont accepté Donald Trump avec ses défauts, parce qu’ils avaient soif de pouvoir.

Denis Coderre a bien manifesté sa réflexion de devenir chef des rouges, la réalité est que ce parti ne peut pas gagner avec Coderre comme chef, ni avec Marwah Rizqy.

Est-ce qu’un Nadeau-Dubois tempéré est la solution du PLQ ?  Il plairait à l’aile gauchiste des rouges ainsi qu’aux montréalais, et mettrait en danger plusieurs sièges de Québec Solidaire à Montréal.  Ainsi, dès la prochaine élection, Gabriel Nadeau-Dubois pourrait devenir le chef de l’opposition officielle du Québec.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *