La fausse théorie que l’or monte avec l’inflation

Il y a une théorie qui persiste au fil des ans et qui dit que l’or, connu aussi sous le nom, métal jaune, monte quand il y a de l’inflation.

Cette théorie est galvaudée un peu partout et même enseigné, à tort, dans les universités.

Mais, c’est une théorie fallacieuse. Pourquoi donc ? Bien de l’inflation, il y en a toujours en Amérique du Nord depuis 50 ans. Parfois, elle est moins perceptible, car elle est sous les 2%. De temps en temps, elle l’est plus comme en 2022, où elle a été de près de 8%.

Mais justement, qu’à fait le prix du méta jaune en 2022 ?

Il s’est envolé à un sommet de 1987 dollars américains pour ensuite planter à 1616 dollars américains. Pourtant, durant la même période, l’inflation se maintenait aux alentours de 8%, quatre fois le seuil acceptable établi par la Réserve fédérale américaine.

Mais quelle théorie fallacieuse ! Si le prix du métal jaune devait monter avec l’inflation, il aurait dû toucher un sommet de 2000 dollars américains, en 2022, puis ensuite continuer de monter à 2100, 2200, 2500 et finalement être en ces moments-ci aux alentours de 3000 dollars américains.

C’est à croire que les auteurs de cette théorie fallacieuse en profitent à chaque fois pour faire du pump and dump avec le métal jaune.

Que nous enseigne le terrain sur la relation et l’or durant les 50 dernières années ?

Un dimanche soir, il y a près de 53 ans, le 15 août 1971, pour être exact, le président Nixon a interrompu l’émission en cours « Bonanza », alors l’une des émissions de télévision les plus populaires de l’époque aux États-Unis, pour annoncer qu’il mettait fin à la convertibilité du dollar américain en or. Terminé que le dollar américain soit endossé par le métal jaune. Ils sont nombreux à croire qu’il s’agit de l’une des décisions les plus importantes que Nixon ait prises. Était-ce une bonne décision ? Il pourrait y avoir de nombreux débats là-dessus.

Jusqu’à cette fermeture de l’or et le dollar américains, les banques centrales étrangères avaient pu convertir des dollars américains en lingots d’or au prix fixe de 35 dollars l’once. En théorie, cela avait imposé une discipline monétaire stricte à la Réserve fédérale la fameuse Fed. Car le gonflement de la masse monétaire aurait pu provoquer une ruée sur Fort Knox, où les États-Unis stockaient leurs réserves en lingots du métal jaune. Et l’inflation a effectivement bondi dans les années qui ont suivi la décision de Nixon de supprimer cette restriction. Tout comme le prix du métal jaune, qui est aujourd’hui un peu plus de 50 fois plus élevé qu’à l’époque.

Cette corrélation apparente entre le métal jaune et l’inflation a ainsi conduit de nombreuses personnes à penser et sutout croire que l’or est une bonne couverture contre l’inflation.

Cette croyance n’est toutefois pas corroboré par les données.

Si le métal jaune était une couverture efficace et constante, le rapport entre son prix et l’indice des prix à la consommation aurait été relativement stable au fil des ans. Mais ce n’est pas le cas. Au cours des 50 dernières années, le ratio a fluctué d’un minimum de 1,0 à un maximum de 8,4.

Le métal jaune n’est une bonne couverture contre l’inflation que sur des périodes bien plus longues que nos horizons d’investissement, selon les recherches menées par Campbell Harvey, professeur à l’université Duke, et Claude Erb, ancien gestionnaire de portefeuille de matières premières chez TCW Group. Ils ont découvert que ce n’est que sur de très longues périodes — un siècle ou plus — que le métal jaune a relativement bien maintenu son pouvoir d’achat. Mais, un siècle ou plus, ça ne fait pas encore 100 ans que les États-Unis ont abandonné le métal jaune pour soutenir leur monnaie.

Sur des périodes plus courtes qu’un siècle, le prix réel du métal jaune, ou corrigé de l’inflation, ne fluctue pas moins que celui de tout autre actif.

La faiblesse de l’or en tant que couverture contre l’inflation pourrait être encore plus prononcée aujourd’hui, selon le professeur Harvey, car le métal jaune est actuellement très cher par rapport à son histoire.  Le ratio or/IPC actuel est de 6,5, par exemple, soit près du double de sa moyenne sur 50 ans, qui est de 3,6.

Même si le prix du métal jaune est 50 fois plus élevé qu’en 1971, les actions américaines ont enregistré des performances encore meilleures. Le S&P 500 a produit un rendement annualisé de 11,2 % depuis août 1971, en supposant que les dividendes aient été réinvestis en cours de route. En comparaison, le rendement annualisé du prix du métal jaune est de 8,2 %.

Donc, comme investisseur, si une personne vous dit que c’est le temps d’acheter de le métal jaune parce que nous sommes en période d’inflation, prenez le tout avec un grain de sel et ne buvez aucune parole de cette personne, encore plus si elle vous donne des conseils de placement.

Le métal jaune a surtout tendance à performer quand les marchés subissent des pertes. Comme ça été le cas en 2022.  Jusqu’ici en 2023, l’or performe très mal, alors qu’elle est en perte depuis le début de l’année, parce que les marchés ont quand même bien performé jusqu’ici avec un mois de janvier exceptionnel. Mais, l’année est encore bien jeune. Le prix du métal jaune a atteint 1959 dollars américains en janvier pour se replier à 1809 dollars américains. Pourtant l’inflation a, à peine diminuer, et les marchés boursiers, le S&P 500 a fait 3,66%. Ce qui laisse croire que les gold bugs ont pumper et dumper le métal jaune,

Cela ne veut pas dire pour autant que le prix du métal jaune va flancher. Mais si les marchés devaient descendre, il y a de fortes chances que le prix du métal jaune se remette à monter.

Le même comportement s’observe pour l’argent, celui qui porte souvent le nom de l’or des pauvres. L’argent est parfois encore accablé de théories vaseuses, car c’est à la portée de plus de gens de s’en procurer. Mais ce n’est pas parce qu’une personne croit que son prix va se quintupler au courant des prochains cinq ans, qu’elle aura raison. Il y a beaucoup de coucous dans le monde de l’investissement, encore plus dans le secteur des métaux précieux et industriels comme le métal jaune, l’argent, le cuivre et le platine.

Note: l’opinion de l’auteur par rapport au sujet de son article est propre à lui-même. Cet article n’est pas un avis financier.  Effectuer vos propres recherches avant d’investir. Lisez la clause de non-responsabilité de Le doigt sur le bobo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *