Est-ce qu’une hyperinflation mondiale est possible ?

Sur les médias sociaux, il y a des coucous qui écrivent à qui veulent bien les lire que le monde s’en va en hyperinflation.  Selon eux c’est pour 2024, 2025, 2026 ou 2030 ou 2040.

L’hyperinflation est un phénomène économique qui se produit lorsqu’un pays connaît une augmentation extrêmement rapide de l’offre de monnaie, entraînant une forte baisse de la valeur de cette monnaie. L’hyperinflation est généralement due à une combinaison de facteurs tels que des dépenses publiques excessives (les gouvernements), des niveaux d’endettement élevés et une perte de confiance dans la monnaie, entre autres.

Mais, est-ce qu’une hyperinflation mondiale est vraiment possible ?

Tout d’abord, par définition, une hyperinflation est définie à 50%.

Est-ce que d’avoir plus de 50% d’inflation, simultanément dans tous les grands pays du monde, est possible ?

Bien que l’hyperinflation soit habituellement associée à des pays individuels, il est théoriquement possible qu’une hyperinflation mondiale se produise. Toutefois, un tel événement est considéré comme hautement improbable en raison de plusieurs facteurs.

L’une des principales raisons pour lesquelles une hyperinflation mondiale est hautement improbable est la diversité des monnaies et des systèmes économiques des différents pays. Contrairement aux pays individuels qui peuvent connaître une hyperinflation en raison de leurs circonstances économiques et politiques uniques, une hyperinflation mondiale nécessiterait une perte de confiance généralisée dans toutes les principales devises que sont le dollar américain, l’Euro, le yen japonais, le yuan chunois, la livre anglaise, le dollar neo-zélandais, le rial brésilien, le rouble russe, le dollar australien, le franc suisse, le dollar d’Hong Kong, le dollar canadien, toutes ces devises en même temps. Étant donné les grandes différences entre les systèmes et les politiques économiques dans le monde, il est très peu probable qu’une perte de confiance significative se produise simultanément dans toutes les principales devises.

En outre, l’économie mondiale est fortement interconnectée et toute perturbation importante dans un pays ou une région est susceptible d’être absorbée et contenue par la communauté internationale au sens large.

Par exemple, les institutions internationales telles que le Fonds monétaire international (FMI) et les banques centrales ont mis en place des politiques et des mécanismes pour prévenir et atténuer les crises économiques, et ces institutions ont joué un rôle essentiel pour empêcher l’hyperinflation de se propager au-delà des pays individuels.

Un autre facteur important qui rend peu probable une hyperinflation mondiale est le fait que les grandes économies telles que les États-Unis, le Japon et l’Europe, entre autres, ont des banques centrales indépendantes qui ont le pouvoir de définir la politique monétaire et de contrôler l’offre de monnaie. Ces banques centrales sont chargées d’assurer la stabilité des prix et de maîtriser l’inflation, et elles disposent d’une série d’outils pour atteindre ces objectifs, notamment la fixation des taux d’intérêt, les opérations d’open market et l’assouplissement quantitatif.

En outre, le système financier mondial est très complexe, et toute modification importante de l’offre de monnaie ou des politiques financières est susceptible d’avoir d’importantes conséquences imprévisibles. Cela signifie que même si une hyperinflation mondiale devait se produire, elle serait probablement de courte durée et rapidement résolue, les institutions mondiales et les gouvernements prenant des mesures pour stabiliser le système financier.

Malgré ces facteurs, il est important de noter que des événements tels que les guerres, les catastrophes naturelles et les pandémies mondiales peuvent avoir des répercussions économiques importantes et entraîner des pressions inflationnistes. Par exemple, la pandémie de COVID-19 a provoqué d’importantes perturbations dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, entraînant des hausses de prix pour de nombreux biens et services. De même, les guerres et autres événements géopolitiques peuvent avoir des répercussions économiques importantes, entraînant des pressions inflationnistes et d’autres perturbations.

En outre, le système financier mondial est fortement interconnecté, et toute perturbation importante dans un pays ou une région est susceptible d’avoir des répercussions sur l’ensemble de l’économie mondiale. Cela signifie que, même si une hyperinflation mondiale est peu probable, il est toujours important que les gouvernements et les institutions surveillent l’évolution de l’économie et prennent les mesures appropriées pour maintenir la stabilité et empêcher les pressions inflationnistes de devenir incontrôlables.

En conclusion, si une hyperinflation mondiale est théoriquement possible, elle est considérée comme hautement improbable en raison de la diversité des monnaies et des systèmes économiques des différents pays, de la présence d’institutions et de politiques mondiales pour prévenir et atténuer les crises économiques, et de la complexité du système financier mondial. Toutefois, des événements tels que les guerres, les catastrophes naturelles et les pandémies mondiales peuvent avoir des répercussions économiques importantes et entraîner des pressions inflationnistes, ce qui souligne l’importance de surveiller les développements économiques et de prendre les mesures appropriées pour maintenir la stabilité et empêcher les pressions inflationnistes de devenir incontrôlables.

Un autre mythe de complotiste déboulonné. Certains ne seront pas contents de lire cela. Mais, malgré le mythe déboulonné, ils continueront d’argumenter sur X/Twitter avec des propos qui n’ont aucun sens et ils finiront par se croire et continuer à dire haut et fort que le monde s’en va en hyperinflation.

Il faut faire attention avec les médias sociaux, il y a beaucoup de mythe et de scénarios peu probables qui sont véhiculés par des quidams qui n’osent parfois même pas dévoiler un visage d’eux-mêmes.

Attention qui vous lisez sur les médias sociaux !  Quand vient le temps de lire des concepts sérieux comme l’économie, l’immobilier ou les placements. Il vaut mieux faire confiance à un Olivier Delamarche ou un Charles Gave, qu’à un individu, inconnu de tout le monde, qui a comme unique photo de profil sur X/Twitter une tête de mort ou un drapeau à l’envers.

Vous travaillez fort pour votre argent, ne vous laissez pas influencer par des quidams sur des médias sociaux pour vos investissements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *