Donald Trump, un procès contre le peuple

Dans toute la saga entourant le procès de Donald Trump, ex-président des États-Unis, il y a quelque chose que les journaleux de gauche n’ont pas compris.

Journaleux, et non journaliste, car ils font de la désinformation, cachent la vérité pour écrire leurs vérités, ou ils ne sont pas assez intelligents pour voir la réalité, la vérité.

Ces journaleux sont au Québec les Pierre Martin, Loïc Tassé, Normand Lester (pitoyable article aujourd’hui), Richard Latendresse, Richard Hétu, Patrice Roy, Gérard Fillion, aux États-Unis ils ont les Anderson Cooper, et tous les journaleux du Washington Post, pour ne nommer que ceux-là.

Ces journaleux se vantent à qui veut bien les lire ou les entendre qu’enfin justice a été rendue, Donald Trump est un criminel. Il faut savoir peser le mot criminel ici, ce que les journaleux ne savent pas faire.

La réalité est que, Trump est autant criminel qu’un jeune qui s’est fait arrêter pour graffiti illégal sur un édifice public.  Trump n’a tué personne et il n’a physiquement blessé personne non plus.

Bon, petit rappel aux journaleux. Bill Clinton a trompé sa femme et s’est tapé la bouche d’une stagiaire dans le bureau ovale de la Maison-Blanche.  On ne sait pas combien de fois, cela est survenu. George W. Bush a ordonné à son armée d’entrer en Irak sous faux prétexte que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive. Barack Obama est acoquiné avec l’industrie pharmaceutique.  Joe Biden, que par son fils Hunter et ce qui s’est passé en Ukraine, il est criminel.

Ce que ces journaleux n’ont pas compris est que le procès de Donald Trump, ce n’est pas la justice américaine contre l’ex-président, c’est la justice américaine contre le peuple américain.

Les Démocrates, ces rapaces, ne le prennent pas que Donald Trump, soit un politicien outsider, et non un politicien de carrière comme l’ont été Clinton, Obama, Carter et même Kennedy.  Ils ne le prennent pas qu’Hillary Clinton ait perdu l’élection face à Trump.  Madame Clinton étant aussi une politicienne de carrière et aussi une criminelle, qui n’a pas été jugée, mais qui a détruit des milliers de courriels, des preuves.

Les Démocrates ne le prennent pas qu’un outsider se présente à nouveau à l’élection présidentielle contre un Joe Biden perdu et usé par le pouvoir.

Trump, chouchou du peuple et qui fait sa campagne en disant qu’il va être là pour le peuple. Ce qu’il a fait à son premier mandat, pour les Démocrates, il est un danger.

Les Démocrates savent qu’ils ne pourront pas magouiller autant à cette élection-ci, ils seront sous haute surveillance. Déjà Biden traînait6% derrière Trump dans les sondages.  Sondages qui ont été publiés, avant le verdict de culpabilité de Trump.

Mais il y a encore un plus grand danger pour les Démocrates en ce qui concerne Trump, c’est que s’il est réélu, il pourrait mettre fin à la guerre en Ukraine et au conflit israélo-palestinien. Or, la fin de ces conflits, signifient, la fin de faire rouler à fond la lucrative industrie d’armements des États-Unis.

Les Démocrates ont donc organisé à New York un procès contre Trump, en l’accusant pour des pacotilles.

Ainsi, cette semaine, durant le procès, sur la place publique, les Démocrates ont même sorti un Robert De Niro vindicatif à l’endroit de Trump.

De Niro traite Trump de tyran, alors que pourtant, la réalité, est que sous la présidence de Trump, aucune guerre majeure n’a éclaté… pendant que Hunter Biden préparait la présente guerre en Ukraine. Trump a même, durant ce premier mandat, aider toute une gamme de petites et moyennes entreprises américaines, les entreprises dites mom-and-pop, qui fait travailler des millions d’Américains.

De Niro devrait se contenter d’être acteur, sinon, il n’a aucune crédibilité en politique. C’est comme si on demandait à De Niro de cuisiner et à Joe Bastianich d’acter. Chacun sa spécialité.

Donc le réel procès qui se passe à New York, c’est la justice américaine contre le peuple. C’est là tout le danger de l’issue de ce procès.

C’est la justice en américaine qui part en guerre contre une partie de son peuple. Ce qui représente près du tiers des Américains.

Les journaleux d’ici, énumérés plus haut, n’ont rien compris à ce qui se passe. Ces journaleux devraient surtout regarder ce qui se passe du côté du Canada avec Justin Trudeau, qui dilapide milliards après milliards à aider d’autres nations, alors que son peuple peine à se battre avec l’inflation et bien se loger.

Mais non, ils préfèrent s’en prendre à Trump, alors qu’en réalité, ils s’en prennent au peuple américain.

Qui sait, peut-être qu’un jour, ces journalistes passeront aussi dans le tordeur de la justice pour avoir mal informé la population.

Trump a son premier mandat, n’a pas eu l’intelligence de faire arrêter Barack Obama, Hillary Clinton et Joe Biden. S’il est réélu en novembre prochain, il est facile de croire qu’il sera sans pitié pour ces trois-là et que cette fois-ci, comme promis avant son premier mandat, qu’il va rendre public tous les documents classifiés entourant l’assassinat de John F. Kennedy et ainsi le peuple pourra voir toute la conspiration qu’il y a eu à cette époque.

Rappelez-vous qu’il n’y a pas plus corrompu qu’un politicien de carrière. Vous ne le croyez pas, regarder le compte en banque de plusieurs politiciens de carrière ici au Canada et aux États-Unis.  Tu ne deviens pas multimillionnaire avec un salaire de député, de premier ministre, de ministre ou aux États-Unis de secrétaire, gouverneur, président ou représentant. C’est que ces gens-là ont eu soit des pots-de-vin ou des informations privilégiées (délits d’initié).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *